Logo du site
Logo du site

L’avis du véto : « Face aux coups de chaud, densifier le niveau énergétique des rations »

Rations des bovins par Vitalac

Pendant les périodes de fortes chaleurs, l’ingestion des vaches diminue alors même que leurs besoins en énergie augmentent. Pour éviter que le déficit énergétique ne se creuse, la Dr Amélie Cornillet, vétérinaire au sein de l’entreprise de nutrition Vitalac, recommande de concentrer la ration avec des matières grasses protégées by-pass, des céréales alcalinisées et des précurseurs de glucose.

Pourquoi conseillez-vous de concentrer la ration en période de stress thermique ?

En situation de stress thermique, les bovins mangent moins. L'ingestion baisse alors même que les besoins énergétiques augmentent. Cela pour différentes raisons : hyperventilation, inflammation due à un syndrome de l'intestin perméable, système immunitaire sur-sollicité... Si rien n’est fait, les animaux se retrouvent rapidement en situation de déficit énergétique. Dès lors, l’objectif de l’éleveur doit être de limiter l’impact de la baisse d’aliment ingéré et combler l’augmentation des besoins avec une ration consommée en moins grande quantité, mais plus riche en énergie. C’est ce qu’on appelle concentrer la ration.

Comment procéder sans accroître le risque d’acidose ?

En effet, le stress thermique est un facteur aggravant du risque d’acidose ruminale. On ne peut donc pas utiliser d’aliments acidogènes, comme des concentrés contenant beaucoup d’amidon, par exemple. Pour augmenter l’apport énergétique de la ration, il faut augmenter la quantité d’UFL par kg de MS en utilisant des solutions non acidogènes. C’est le cas des matières grasses protégées by-pass, comme Vitafat ou Vegelin, assimilées par l’organisme directement dans l’intestin, mais aussi des céréales protégées - alcalinisées - comme le XLgrain, conçu pour rendre la céréale non-acidogène et augmenter son niveau protéique.

Quel est l’intérêt d’apporter un produit précurseur de glucose ?

Les analyses de sang effectuées sur des bovins en condition de stress thermique font systématiquement apparaître une glycémie basse. En effet, une grande partie des sucres synthétisés par l'organisme est utilisée pour lutter contre l’inflammation causée par le syndrome de l’intestin perméable. Dans ces conditions, on comprend bien l’intérêt d’augmenter le taux de glucose sanguin, en association avec un apport de minéraux chélatés. Pour cela, je conseille d’avoir recours à des précurseurs dans la ration, notamment des produits à base de propylène tels que Glycoline, qui vont apporter de l’énergie sous forme non-acidogène et seront transformés directement en glucose.

Comment utiliser Glycoline et quels résultats en attendre ?

Glycoline doit être dosé de 150 à 200 ml/jour dans la ration des laitières pendant les périodes chaudes. En 2016, Vitalac a suivi un élevage à Chypre qui s’en est servi tout l’été. Par 40°C, la baisse de production de 10 kg de lait habituellement observée a été ramenée à 5 kg. Le retour sur investissement a été estimé autour de 1 € par vache par jour. En France, il n’est pas nécessaire de le faire en continu tout l’été. Il suffit d’en ajouter pendant les pics de chaleurs - plus de 28°C plusieurs jours d'affilée - en démarrant un peu avant et en prolongeant un peu après. Le coût est d’environ 0,40 €/vache. Cela évite de chuter de 2 l/vache, soit un gain d’environ 0,25 €/vache/jour. Glycoline est aussi très appétent. On peut l’utiliser en top feeding, versé sur la ration en milieu de journée : les vaches viendront manger un repas supplémentaire.

Évènements en rapport
Table ronde Vitalac
Comment limiter le stress thermique en adaptant la ration des bovins ?
Le 29 Juin à 11h15
Je regarde le replay
Entreprises en rapport
Logo Vitalac
Vitalac
Articles en rapport
rencontres-webagri.fr, 2021